Livraison GRATUITE à partir de 29.00€ d'achat

Mohamed Ali, Tout Savoir sur "The Greatest" de la Boxe

Publié par Univers Boxe le

Mohamed Ali, Tout Savoir sur "The Greatest" de la Boxe

Muhammad Ali, plus communément écrit en Français Mohamed Ali, a été appelé de bien des façons dans sa vie : La lèvre de Louisville, Cassius Clay et “the greatest”, Le plus grand, le dernier nom étant choisi par la légende lui-même. Il a fallu un long moment avant que le grand public n'accepte ce nom. Lorsque Ali, puis Cassius Marcellus Clay, a gravi les échelons professionnels, il a parfois été rejeté comme un enfant à la « grande gueule » dont les ambitions dépassaient ses capacités. Dans le monde de la boxe, l'opinion était partagée. Certains étaient simplement heureux de trouver un combattant qui avait le charisme nécessaire pour faire parler à nouveau de la boxe alors qu’à cette époque, ce sport était sur le déclin. Dans l'autre coin, il y avait ceux, et ils étaient nombreux, qui pensaient que la bouche apparemment infatigable de Cassius Clay devait être fermée, de préférence sur le ring. Mais qu'on l'aime ou qu'on le déteste pour ses prédictions d'avant-combat, sa poésie souvent arrogante et ses vantardises constantes, il savait comment amener une foule au combat. Il avait du caractère et était bon pour la boxe. Aujoud'hui, Ali est considéré pour les fans du noble art comme une des plus grandes légendes de ce sport, si ce n'est la plus grande.

Une enfance marquée par la ségrégation

Mohamed Ali naît le 17 janvier 1942 à LoMohamed Ali Jeunessuisville, au Kentucky sous le nom de Cassius Marcellus Clay Jr. À cette époque, le racisme qui touche les Noirs atteint une de ses formes les plus violentes et les plus choquantes : la ségrégation. La vie quotidienne de la population noire américaine est faite d'inégalités, d’agressions physiques et de discriminations dans tous les domaines : emploi, école, santé, mariage, logement, droit de vote, …

Considérés comme des citoyens de seconde zone, les Noirs n’étaient pas autorisés à fréquenter certains lieux publics réservés exclusivement aux Blancs. C’est dans ce décor d’injustices que Mohamed Ali grandit dans un quartier noir de Louisville, à l'est des Etats-Unis. Il commence à prendre des cours de boxe à l’âge de 12 ans. Très rapidement, il remporte ses premières victoires et passe professionnel.

La « Lèvre de Louisville »

Aux Jeux Olympiques d’été de 1960 à Rome, Mohamed Ali, alors âgé de 18 ans, remporte la médaille d’or des poids mi-lourd. Au-delà de son style de boxe hors du commun et de ses résultats spectaculaires, la personnalité du boxeur ne laisse personne indifférent. Ses déclarations publiques et son sens de la répartie lui vaudront le surnom de « Louisville Lip » (la lèvre de Louisville). Tantôt provocateur, tantôt poète, son verbe est aussi percutant que son poing. N’hésitant pas à chanter ses propres louanges et à revendiquer sa négritude, le jeune athlète brille sur le ring et en dehors.

Sa Carrière de Boxeur Professionnel

Cassius Clay a commencé sa carrière de combattant professionnel le 29 octobre 1960 avec une victoire par décision en six rounds sur Tunney Hunsaker. Le combat a eu lieu dans la ville natale de Clay, Louisville, Kentucky. Après la victoire, Clay s'est installé à Miami et a rejoint l'écurie des combattants au 5th Street Gym d'Angelo Dundee. Avec les conseils de Dundee, il apprend son nouveau métier et construit son record et sa réputation au cours des deux années suivantes contre une série d'adversaires soigneusement choisis. Le 15 novembre 1962, Clay obtient son premier adversaire de renom, l'ancien champion poids léger-lourd Archie Moore. Moore était sans doute le plus grand artiste du knockout dans l'histoire. Son palmarès professionnel comprend 229 combats et un nombre extraordinaire de 141 knock-outs. Les deux hommes s'étaient déjà croisés auparavant. Au début de sa carrière professionnelle, Clay avait été envoyé au camp d'entraînement de Moore pour voir si le vétéran pouvait le prendre sous son aile alors qu'il se lançait sur la voie de la gloire pugilistique. Ce ne sera pas le cas. Moore s'attendait à ce que ses combattants tirent leur épingle du jeu et accomplissent les tâches qui permettaient au camp de garder la forme. Clay, qui avait l'habitude d'être gâté par sa mère dévouée à la maison, refusa de laver la vaisselle ou de passer la serpillière et fut renvoyé chez lui. Deux ans plus tard, Clay était en pleine ascension alors que Moore n'était plus dans la fleur de l'âge quand ils se sont rencontrés sur le ring. Dans une affaire à sens unique, Moore fut envoyé au quatrième tour. Moore ne se battra que deux fois de plus avant de raccrocher ses gants pour de bon. Quant à son jeune vainqueur, désormais invaincu en seize sorties, il ne faisait que commencer.

Mohamed Ali vs Sonny Liston

Cassius Clay Poète, Prophète, Propagandiste

Cassius Marcellus Clay, moins prétentieusement surnommé "Gee Gee" depuis l'époque où il portait des couches, est certainement "le boxeur le plus grande gueule", un combattant compulsif, un faiseur de phrases fasciné par son propre verbiage. D'humeur rimante, l'effronté jeune homme de vingt et un ans insiste par exemple sur le fait que le champion poids lourd de l'époque Sonny Liston "est génial, mais qu'il doit tomber en huit rounds". Puis il prévient solennellement qu'il ne laissera à Liston que six rounds si le champion continue à "se plaindre" de l'incapacité du challenger à frapper assez fort pour casser un œuf. Alors que ses déclarations sont ressenties comme de l'imagination d'un gamin arrogant, il prédit tout de même le round exact du KO pour dix des seize adversaires professionnels qu'il a affrontés au début de sa carrière. Dans le combat de boxe qui l'a fait passer de la septième à la quatrième place parmi les prétendants au championnat du monde des poids lourds, Cassius Clay a mis KO Archie Moore au quatrième round, comme il l'avait annoncé. Beaucoup des 16 200 fans de Los Angeles (un record en salle en Californie), légèrement irrités par les fanfaronnades de Clay, étaient venus le voir perdre. La seule fois où Cassius a ignoré sa prédiction est lorsqu'il a disposé de Dan Warren au quatrième round au lieu du cinquième comme prévu. Pourquoi ? car "Il n'a pas voulu me serrer la main quand la cloche a sonné", a déclaré le jeune Clay, "alors j'ai soustrait un round pour manque d'esprit sportif."

Clay, Figure Emblématique

Dans un contexte où la lutte des noirs américains pour les droits civiques bat son plein, il devient une figure emblématique pour les militants dès lors qu’il use de sa notoriété sportive comme tribune contre l’oppression raciale des Noirs. 

En effet, le jeune Clay s’interroge sur la place des Noirs au sein de la nation américaine et sur sa propre identité. Malgré la désapprobation de son entourage, il se rapproche de Malcom X et se fait appeler pendant quelques mois Cassius X. Le mouvement initié par Malcolm X insistait sur le fait que tous les noms portés par les Noirs américains étaient les noms attribués aux esclaves par les esclavagistes. Les Noirs américains ignorent donc leur vrai nom d’origine africaine. Pour cette raison, ils se faisaient appeler X Converti à l’islam, il change finalement de nom pour Mohamed Ali. Alors qu’on lui conseille de faire discrètes ses convictions religieuses pour garder la faveur du public blanc, Ali prend le chemin inverse. Il prend distance avec son américanité, affirme son identité de Noir et de musulman. Durant son match de boxe contre Ernie Terell à Houston en 1967, son adversaire n'avait cessé de le nommer Cassius Clay pour le provoquer. Ali répondit après chaque coup et après l'avoir mis K.O : « Quel est mon nom ? ».

Mohamed Ali destitué de son Titre 

Sa notoriété se répand à travers le globe et Ali enchaîne les victoires qui lui ouvrent la voie au titre de champion du monde poids lourd en 1963. Puis, fidèle à lui-même et ses convictions, il prend une décision politique qui lui coûtera son titre et le mènera devant la justice. En 1966, il refuse de servir dans l’armée américaine engagée dans la guerre du Vietnam. Déclarant qu’il n’a « rien contre les Viêt-Cong qui, eux, ne l’ont jamais traité de nègre », son engagement politique dérange les autorités qui craignent que la star en inspire d’autres. La controverse bat son plein. Ali est critiqué, banni du ring, destitué de son titre mondial et son passeport lui est retiré. Il est condamné à une amende de 10 000 dollars et à 5 ans d’emprisonnement. Finalement, en 1971, il est innocenté par la Cour Suprême à l’unanimité. Coïncidence ou pas, c’est également en 1966, année où Ali est appelé à servir et qu’il refuse, qu’Amnesty International prend position et considère comme objecteur de conscience « toute personne susceptible d'être appelée à accomplir son service militaire ou inscrite sur les listes d'appel au service qui refuse d'effectuer un service armé ou toute autre forme directe ou indirecte de participation aux guerres ou conflits armés, pour raison de conscience ou de conviction profonde. (...) Toute personne où qu'elle se trouve, qui est détenue ou emprisonnée parce qu'elle a été privée de son droit d'effectuer un service de remplacement, sera adoptée comme prisonnier d'opinion par Amnesty International, qui demandera sa libération immédiate et sans condition. ».

The rumble in the jungle - Ali vs Foreman 30 Octobre 1974

The Rumble in the Jungle

Le 30 octobre 1974, Mohammed Ali, 32 ans, devient pour la deuxième fois  du monde de boxe des poids lourds en battant le champion de boxe George Foreman, 25 ans, au huitième round du "Rumble in the Jungle", un combat à Kinshasa, au Zaïre. Sept ans auparavant, Ali avait perdu son titre à la suite de son refus de servir dans l'armée Américaine et que la commission de boxe lui a retiré sa licence. Sa victoire au Zaïre a fait de lui le deuxième champion détrôné de l'histoire à retrouver sa ceinture.

Le "Rumble in the Jungle" (nommé par le promoteur Don King, qui avait initialement tagué le combat "From the Slave Ship to the Championship !" jusqu'à ce que le président du Zaïre ait eu vent de l'idée et ait ordonné que toutes les affiches soient brûlées) a été le premier combat de championnat du monde des poids lourds en Afrique. Le gouvernement de la république d'Afrique de l'Ouest a organisé l'événement. Son président, Mobutu Sese Seko, a personnellement versé 5 millions de dollars à chacun des combattants simplement pour s'être présenté dans l'espoir d'attirer l'attention du monde sur l'énorme beauté du pays et ses vastes réserves de ressources naturelles. Ali a accepté. "Je voulais établir une relation entre les Noirs américains et les Africains", écrira-t-il plus tard. "Le combat portait sur des problèmes raciaux, le Viêtnam. Tout cela." Il a ajouté : "Le Rumble in the Jungle était un combat qui a rendu tout le pays plus conscient."

Le 30 octobre, à 4h30 du matin, 60 000 spectateurs se sont rassemblés au clair de lune (les organisateurs avaient prévu que le combat se déroulerait à une heure de grande écoute aux États-Unis) dans le stade extérieur pour regarder le combat. Ils scandaient "Ali, bomaye" ("Ali, tue-le"). L'ex-champion narguait Foreman depuis des semaines, et le jeune boxeur avait hâte d'y aller. Lorsque la cloche a sonné, il a commencé à frapper Ali avec ses coups de massue caractéristiques, mais le plus âgé s'est simplement appuyé contre les cordes et a utilisé ses bras pour bloquer autant de coups qu'il le pouvait. Il était persuadé qu'il pouvait attendre la fin de Foreman. (L'entraîneur d'Ali a plus tard appelé cette stratégie "rope-a-dope", parce qu'il était "un idiot" de l'utiliser).

Au cinquième round, le jeune a commencé à se fatiguer. Ses coups de poing puissants sont devenus des « tapes ». Et au huitième round, comme "une abeille harcelant un ours", comme l'a écrit un journaliste du Times, Ali s'est détaché des cordes et a déclenché une avalanche de coups rapides qui ont semblé déconcerter son adversaire. Un gauche dur et une droite tranchante ont fait plier les jambes fatiguées du champion, et il s'est écrasé sur le tapis. L'arbitre l'a arrêté à deux secondes de la fin du combat.

Une retraite engagée, au service de tous

La fatigue et les séquelles d’une vie de boxeur apparaissent sur le visage du champion qui raccroche ses gants en 1981. Sa carrière de militant ne s’arrête pas pour autant. Il s’engage dans différentes causes humanitaires. En 1985, on lui demande de négocier la libération de ses compatriotes enlevés au Liban. En 1990, il plaide pour la paix auprès de Saddam Hussein à Bagdad et obtient la libération de quinze Américains capturés en Irak. En 1999, Ali soutient la campagne d’Amnesty International visant à interdire les ceintures incapacitantes dans les prisons américaines. Solidaire de Nelson Mandela, qui est devenu son ami, il s’est engagé dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. La légende de la boxe anglaise est nommée « Messager de Paix » par les Nations Unies entre 1998 et 2008. Il reçoit également en 2005 la médaille présidentielle de la liberté, la plus haute récompense civile des Etats-Unis.

La Vie Personnelle de Mohamed Ali

Mohammed Ali et ses deux filles dont Laila Ali

Ses Femmes et Enfants

Ali a été marié quatre fois et a eu neuf enfants, dont deux enfants qu'il a eu hors mariage. 

Ali a épousé sa première femme, Sonji Roi, en 1964 ; ils ont divorcé au bout d'un an lorsqu'elle a refusé d'adopter les vêtements et les coutumes de la Nation de l'Islam.

Ali a épousé sa deuxième femme, Belinda Boyd, 17 ans, en 1967. Boyd et Ali ont eu quatre enfants ensemble : Maryum, née en 1969 ; Jamillah et Liban, tous deux nés en 1970 ; et Muhammad Ali Junior, né en 1972. Boyd et Ali ont divorcé en 1976.

Parallèlement à son mariage avec Boyd, Ali voyage ouvertement avec Veronica Porche, qui devient sa troisième épouse en 1977. Le couple a eu deux filles ensemble, dont Laila Ali, qui a suivi les traces d'Ali en devenant championne de boxe. Porche et Ali ont divorcé en 1986.

Ali a épousé sa quatrième et dernière femme, Yolanda ("Lonnie"), en 1986. Le couple se connaissait depuis que Lonnie avait six ans et Ali 21 ans. Leurs mères étaient les meilleures amies et élevaient leurs familles dans la même rue. Le couple Ali et Lonnie est resté marié jusqu'à sa mort et a eu un fils ensemble, Asaad.

Parkinson, son dernier combat

À peine arrête-t-il la boxe que la maladie de Parkinson est diagnostiquée chez Mohamed Ali. En effet, en 1984, Ali a annoncé qu'il était atteint de la maladie de Parkinson, une affection neurologique dégénérative. 

Malgré la progression de la maladie de Parkinson et l'apparition d'une sténose spinale, il est resté actif dans la vie publique. Ali a collecté des fonds pour le Centre Muhammad Ali Parkinson à Phoenix, en Arizona. Et il était présent pour célébrer l'inauguration du premier président afro-américain en janvier 2009, lorsque Barack Obama a prêté serment. 

Quelques années avant sa mort, Ali a subi une opération pour une sténose vertébrale, une affection provoquant le rétrécissement de la colonne vertébrale, ce qui a limité sa mobilité et sa capacité à communiquer.

En 1996, aux Jeux Olympiques d’Atlanta, c'est à lui que revient l’honneur d’allumer la vasque. Tout tremblant, il expose devant des centaines de millions de téléspectateurs du monde entier les ravages de sa maladie. Fier et humble à la fois, il se voit remettre durant la cérémonie des Jeux, symboliquement, une nouvelle médaille d’or dans cette grande ville du sud des États-Unis où trente ans plus tôt la ségrégation raciale persistait.

Décès de la Légende Mohamed Ali

Ali est mort le 3 juin 2016 à Phoenix, en Arizona, après avoir été hospitalisé pour ce qui aurait été un problème respiratoire. Il était âgé de 74 ans.

La légende de la boxe souffrait de la maladie de Parkinson et d'une sténose vertébrale. Début 2015, l'athlète a combattu une pneumonie et a été hospitalisé pour une grave infection des voies urinaires.

Des années avant sa mort, Ali avait planifié ses propres services commémoratifs, disant qu'il voulait être "inclusif de tout le monde, où nous donnons à autant de personnes que possible l'occasion de me rendre hommage", selon un porte-parole de la famille. 

L'événement de trois jours, qui s'est déroulé dans la ville natale d'Ali, Louisville, Kentucky, comprenait un festival "I Am Ali" d'arts publics, de divertissement et d'offres éducatives parrainé par la ville, un programme de prière islamique et un service commémoratif.

Avant le service commémoratif, un cortège funèbre a parcouru quelques kilomètres à travers Louisville, passant devant la maison d'enfance d'Ali, son école secondaire, le premier gymnase de boxe où il s'est entraîné et le long du boulevard Ali alors que des dizaines de milliers de fans lançaient des fleurs sur son corbillard et acclamaient son nom. 

"Mohammed a indiqué que lorsque la fin est venue pour lui, il voulait que nous utilisions sa vie et sa mort comme un moment d'enseignement pour les jeunes, pour son pays et pour le monde", a déclaré sa femme Lonnie. "En effet, il voulait que nous rappelions aux gens qui souffrent qu'il avait vu le visage de l'injustice. Qu'il a grandi pendant la ségrégation et que, dans sa jeunesse, il n'était pas libre d'être qui il voulait être. Mais il n'est jamais devenu assez amer pour abandonner ou pour s'engager dans la violence".

Parmi les porteurs de cercueils figuraient Will Smith et les anciens champions poids lourds Mike Tyson et Lennox Lewis. Ali a été enterré au cimetière national de Cave Hill à Louisville.

La stature d'Ali en tant que légende continue de croître même après sa mort. Il est célébré non seulement pour ses remarquables talents d'athlète, mais aussi pour sa volonté de s'exprimer et son courage de remettre en question le statu quo.

Produit lié à cet article

T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe
T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe T-shirt Ali - Univers Boxe: Vêtements & Accessoires de Boxe

T-shirt Ali

À propos du produit Vous aurez toutes les raisons d’aimer ce tee shirt manches courtes que nous mettons à votre disposition. Sa matière a de quoi vous plaire, son coton vous procurera une douceur et un...

Voir le produit

← Article précédent